Achillea millefolium
Actualités

Plantes sauvages « du bas de l’immeuble » n°11 : l’achillée millefeuille.

Achillée millefeuille prête pour le séchage

Celle-ci est très commune, de la ville à la montagne, et elle est en fleurs en ce moment. Particulière par l’agencement de son inflorescence, comestible et fameuse pour ses propriétés médicinales. Ces dernières sont d’ailleurs reconnues par l’agence européenne EMA, entre autres autorités réglementaires.

Il s’agit de l’Achillée millefeuille, Achillea millefolium. Une plante à connaître lorsque l’on s’intéresse aux médicinales. « Achillée » vient de Achille, personnage de la mythologie grecque, dont la légende dit qu’il aurait utilisé cette plante pour soigner les plaies de ses soldtats pendant la guerre de Troie. Ses vertus médicinales ont été étudiées et reconnues par la suite, et on l’emploie aujourd’hui pour son action sur la sphère de la circulation sanguine. Elle a, entre autres, de nombreuses applications autour du cycle menstruel chez la femme. Les différentes formes utilisées et les mécanismes d’action sont vus en détails dans la formation plantes sauvages.

C’est une plante de la famille des Asteracées, dont la silhouette, de loin, ressemble plutôt à la famille des Apiacées. Pour s’assurer de son affiliation aux Asteracées et non aux Apiacées, on observe la structure de l’inflorescence : les tiges qui portent les fleurs (pédoncules), partent à des niveaux différents de la tige principale.

Les Apiacées, au contraire, ont leurs pédoncules (tiges portant les fleurs) qui partent d’un unique point, donnant l’allure des baleines d’un parapluie retourné par le vent :

Inflorescence en ombelle
Inflorescence en ombelle,
caractéristique des Apiacées

L’insertion en ombelle est caractéristique de la famille des Apiacées (anciennement ombellifères). Il est très utile de savoir « ranger » les plantes dans cette famille botanique car elle rassemble des plantes à la fois très intéressantes sur le plan culinaire et médicinal (carotte, fenouil, cerfeuil, berce…), mais aussi des espèces dont la consommation est mortelle (grande et petite cigüe par exemple). En sachant reconnaître cette disposition des fleurs dans l’inflorescence, vous saurez si votre plante est ou non dans cette famille.

Revenons en donc à notre Achillée, que vous ne confondrez plus avec une Apiacée ;-). Son inflorescence est en fait encore plus subtile, mais nous détaillerons cela au cours d’un autre article. Elle est aussi comestible. L’achillée est aromatique et amère, et est intéressante pour relever certains plats. Elle est très riche en fer, manganèse, potassium, calcium, dont les valeurs contenues dans 100g de plante sèche recouvrent plus de 100% de la Référence Nutritionnelle pour la Population. Ne vous en privez donc pas, en ajoutant de temps en temps tout simplement quelques feuilles à votre salade!

Sources :

Chroniques végétales, Le blob, l’extra-média.

https://www.cerin.org/rapports/reference-nutritionnelle-population-intervalle-de-reference-apport-satisfaisant/

-Alberski, J., Grzegorczyk, S., Kozikowski, A. & Olszewska, M. Habitat occurrence and nutrition value of Achillea millefolium L. in grasslands. J. Elementology 14, 2009.

2 réflexions au sujet de “Plantes sauvages « du bas de l’immeuble » n°11 : l’achillée millefeuille.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *