plantago lanceolata
Actualités

Plantes sauvages « du bas de l’immeuble » n°10 : le plantain lancéolé.

Celle-ci est connue de toutes et tous, au moins par son nom : le plantain. Le plantain lancéolé est une des « basiques » que j’apprécie particulièrement, avec l’ortie et le pissenlit. Je mélange habituellement le plantain lancéolé au potage avec les orties. Une base de pommes de terre, oignons et carottes revenu(e)s dans de l’huile d’olive, et quelques épices, le tout à dorer. Ensuite, j’ajoute l’eau, puis le plantain et les orties. Il en résulte une soupe onctueuse, légère, pleine de vitamines et minéraux, au délicieux goût de champignons. Les feuilles sont plus tendres jeunes, au printemps.

Plantago lanceolata
Inflorescences de Plantago lanceolata

Il existe de nombreux plantains différents en France, ils appartiennent à la famille des Plantaginacées. Aujourd’hui je parle du plantain lancéolé (plantago lanceolata) car, selon moi, c’est le plus intéressant au goût, et il possède aussi des propriétés médicinales importantes. Son nom lui vient de la forme de ses feuilles, qui ressemblent à une lance. La feuille présente des nervures parallèles, qui lui valent son nom commun d' »herbe à 5 côtes ». Des hampes florales partent du centre de la plante, et permettent d’élancer les épis de fleurs vers le ciel (et les pollinisateurs). La partie visible lors de la floraison sont les étamines blanchâtres. (étamines : partie mâle de la fleur, responsable de la production de pollen).

On utilise donc ses feuilles, cuites ou crues, les inflorescences et les graines sont comestibles aussi. Il existe de nombreuses manières de le déguster. En pesto, en salade, à la poêle, en potage… Il contient des minéraux comme le manganèse, magnésium, cuivre, et des vitamines (pro-A, B2 B3, C, E, K).

plantago lanceolata
Plantago lanceolata

Pour la partie médicinale, le plantain lancéolé est inscrit à la pharmacopée européenne, comme la mauve sylvestre que nous avons vue précédemment. Ses propriétés anti-inflammatoires ne sont plus à démontrer : à la fois par une voie mécanique via les mucilages, qui agissent par contact, et aussi par une voie biochimique en agissant sur la réponse inflammatoire. Il est aussi intéressant pour son activité anti-allergique et antiseptique. On peut l’utiliser selon le besoin, en alcoolature, macération huileuse, cataplasme…

En résumé, une plante commune, facile à trouver et à utiliser, dont il serait dommage de se priver!

Sources :

-Guide nutritionnel des plantes sauvages et cultivées, François Couplan, Broché, 2011

https://www.ema.europa.eu/en/documents/herbal-report/final-assessment-report-plantago-lanceolata-l-folium_en.pdf

-Guil-Guerrero, J. L. (2001). Nutritional composition of Plantago species (P. major L., P. lanceolata L., and P. media L.). Ecology of food and nutrition, 40(5), 481-495.

-Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France, Paul-Victor Fournier, Omnibus

https://www.tela-botanica.org/bdtfx-nn-49948-synthese

Nazarizadeh, A., Mikaili, P., Moloudizargari, M., Aghajanshakeri, S., & Javaherypour, S. (2013). Therapeutic uses and pharmacological properties of Plantago major L. and its active constituents. J Basic Appl Sci Res, 3(9), 212-221.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *